Des histoires inspirantes
de gens comme vous...

Une petite communauté couronnée championne des Communautés amies des aînés.

« Si Cocagne veut, Cocagne peut ». Le slogan non officiel de Cocagne décrit parfaitement la détermination de cette petite communauté à devenir une communauté amie des aînés. Cette démarche a commencé peu de temps après l’incorporation de Cocagne en 2014, au moment où le nouveau Conseil municipal prit connaissance du programme D’abord chez soi.

« Nous avons constaté que nous ne connaissions pas grand-chose à propos des besoins de nos aînés, donc nous avons décidé de former un comité d’aînés », raconte Majella Dupuis, ancienne conseillère du comité.

Majella a ensuite eu l’occasion d’assister à une conférence de Dre Suzanne Dupuis-Blanchard, chaire de gérontologie à l’Université de Moncton et présidente de l’Association canadienne de gérontologie. Par l’entremise de Dre Dupuis-Blanchard, Majella a pris contact avec l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick. C’est à ce moment-là qu’elle a entendu parler du concept des communautés amies des aînés pour la première fois.

Une MADA (Municipalité amie des aînés) et une CADA (Communauté amie des aînés), deux acronymes qui représente la même démarche, font partie d’un mouvement mondial qui vise à créer des communautés où les aînés peuvent vieillir activement, vivre en santé, rester connectés et participer activement à la vie communautaire. Majella était tellement intéressée qu’elle a demandé qu’on présente le concept MADA devant le comité d’aînés, maintenant intitulé le « comité MADA ».

« Nous avons essayé d’avoir une bonne variété de membres sur le comité », explique Majella. « C’est une chose que nous avions remarquée avec MADA; plus c’est diversifié, mieux c’est. »

Jardins en bacs, une collaboration des jeunes de la 6e année de l’École Blanche-Bourgeois et les adultes résidents de la Villa Côte d’Or de Cocagne

Le comité formé en 2015 était en effet diversifié. Majella et le maire adjoint représentaient le Conseil municipal. Le comité d’activités communautaires, le comité Cocagne 250, le conseil récréatif, les entrepreneurs, les membres de l’école Blanche-Bourgeois, les étudiants, et les chevaliers de Colomb étaient tous représentés par un de leurs membres.

Au même moment, un sondage créé en collaboration avec l’Université de Moncton était fin prêt à être distribué. Le but de ce sondage était de mieux connaître les besoins des aînés et obtenir des statistiques plus précises.

« Puisque Cocagne a seulement été incorporée en 2014, c’était difficile de trouver des statistiques fiables », explique Majella. Le sondage a démontré que l’âge médian de Cocagne est d’environ 49,5, contre 43,7 pour le Nouveau-Brunswick et 40,6 pour le Canada.

« À partir des données, on s’est posé la question : qu’est-ce qu’on peut accomplir avec MADA? »

Pour passer à l’élaboration de leur mandat, le comité s’est basé sur les étapes établies par l’approche MADA. « Au début, c’est beaucoup d’information », exprime Majella. « Nous sommes une petite communauté, donc on se demandait de quelle façon nous pouvions nous comparer à de grandes villes, surtout que nous venions à peine d’être incorporés et que nos ressources étaient limitées ». Pour ne pas se laisser dépasser par la situation, les membres du comité ont créé une trousse contenant l’information MADA qui était pertinente pour leurs besoins spécifiques.

Le sondage, qui a connu un taux de participation de 91 %, n’a pas seulement donné un meilleur aperçu des groupes d’âge, mais a aussi dévoilé des réponses surprenantes. Le comité croyait que l’isolement et le déplacement seraient parmi les besoins les plus nécessaires. Par contre, ce sont d’autres secteurs qui se sont avérés prioritaires pour les aînés de la communauté.

Avec les résultats du sondage en mains, le comité était fin prêt à préparer son plan d’action. Les membres ont commencé par cibler les besoins révélés dans le sondage, tout en respectant la démarche MADA.

Dans le sondage, le vieillissement actif et l’activité physique font partie des secteurs prioritaires. « Nous avons donc commencé par évaluer la situation actuelle, voir ce que nous pouvions améliorer et ce que nous devions faire pour garder nos aînés actifs », déclare Majella. « Nous avons commencé à petits pas. » Parmi les étapes à entreprendre, le comité a vérifié que les sentiers avaient suffisamment de panneaux indiquant la distance en kilomètre, en plus d’assurer l’installation de bancs supplémentaires.

« C’est une prise de connaissance sur ce que nous avons déjà dans la communauté, ce que nous pouvons améliorer et les lacunes importantes », exprime Majella. D’ailleurs, cette approche a été bénéfique pour d’autres secteurs prioritaires du plan d’action, soit de faciliter l’accès à des logements abordables, organiser plus d’activités communautaires et obtenir une meilleure diffusion de l’information.

Il se trouve que les aînés ont été parmi leurs meilleures ressources. « Nous avons utilisé leurs forces de façon stratégique », révèle Majella. « Nous approchons les personnes qui font bouger les choses dans la communauté et qui ont de l’expertise dans un domaine spécifique, comme le jardinage ou les cuisines collectives ». L’engagement communautaire permet aux aînés de faire partie des citoyens actifs, en plus de répartir leurs forces dans la communauté et d’augmenter leur sentiment d’appartenance.

Le succès de Cocagne n’est pas passé inaperçu. D’autres petites communautés sont intéressées par leur démarche. D’ailleurs, puisque le comité fait maintenant partie du réseau MADA, les membres ont eu l’occasion d’entrer en contact avec d’autres communautés et partager leurs approches ayant fonctionné et les points qu’ils doivent améliorer.

« Nous allons certainement élargir notre approche et la développer davantage », dit Majella. « Nous allons continuer vers l’avant, selon nos moyens et nos ressources. »

De plus, le travail de Cocagne a porté ses fruits. En 2017, la communauté rurale de Cocagne faisait partie des lauréats du Prix de reconnaissance des communautés amies des aînés du Nouveau-Brunswick, démontrant que ce n’est pas la taille qui compte, mais plutôt la passion!


Vous vous sentez inspiré?

C’est le temps de passer à la prochaine étape! Découvrez les ressources qui vous permettront de créer votre histoire de mieux-être ici!

X
X