Des histoires inspirantes
de gens comme vous...

Comment un homme a utilisé son diagnostic de diabète pour donner le coup d’envoi à son histoire de mieux-être.

Ne tenez jamais votre santé pour acquise. Lorsque Francis Perry s’est réveillé un matin en se sentant un peu bizarre, il s’est dit que c’était normal puisqu’il approchait la quarantaine. Inutile de s’en faire. Mais comme il travaillait à la Faculté des sciences infirmières de l’Université du Nouveau-Brunswick, il a décidé, par simple précaution, de demander à des étudiants de vérifier sa glycémie. Le résultat s’est avéré élevé—suffisamment élevé pour justifier un détour par les services d’urgence. Là-bas, Francis a reçu des nouvelles qui l’ont sidéré : il était diabétique.

« C’est tout un choc que de vous dire que vous êtes une personne normale, en santé, d’âge moyen et puis vous retrouver, deux jours plus tard, dans une séance d’éducation sur le diabète », se rappelle Francis. Il était loin de se douter qu’en fait, ce diagnostic marquerait le début de son histoire de mieux-être.

En suivant la séance d’éducation sur le diabète, Francis s’est rendu compte que même s’il avait maintenu un poids santé toute sa vie, il devait modifier ses habitudes de vie. C’était particulièrement important étant donné que les diabétiques courent un plus grand risque de crise cardiaque et d’AVC.

Étant de nature un homme d’action, Francis a pris son mieux-être en main. « Les diabétiques doivent vivre avec leur maladie, mais ils ne doivent pas la laisser prendre toute la place. Ils doivent maîtriser leur diabète et non pas le contraire. » Il a donc travaillé en étroite collaboration avec son équipe de soins de santé et les services de santé communautaires pour apprendre à gérer sa maladie. Ces personnes l’ont aidé à comprendre l’univers complexe du diabète.

Au fil du temps, Francis est parvenu à gérer son diabète, avec pour changement principal d’intégrer plus d’exercice à son quotidien. Comme bien des personnes, il pensait qu’il manquait de temps pour faire de l’exercice, que les coûts seraient trop élevés et qu’il n’avait pas suffisamment d’énergie à la fin de sa journée de travail. Mais un jour, un ami qui allait s’entraîner le midi l’invita à l’accompagner.

Au début, Francis trouvait le centre de conditionnement physique intimidant. Mais il a commencé tranquillement, et en apprenait un peu plus à chaque séance d’entraînement. Rapidement, le centre est devenu un endroit agréable et Francis a remarqué que son corps et son esprit se portaient mieux.

Au bout d’un certain temps, Francis se sentait prêt pour un nouveau défi. Un jour, sur l’heure du lunch, il a accompagné une amie qui faisait de la course. Ayant un problème de pieds plats, Francis s’imaginait que la course lui causerait toujours de la douleur; au début, ses pieds et ses jambes étaient effectivement endoloris. Mais il trouvait la course agréable, alors Francis s’est procuré des semelles, ce qui a réglé le problème.

En tant que diabétique qui pratique la course, Francis devait prendre des précautions particulières. Avant de courir, il devait connaître son taux de glycémie et décider s’il allait ou non manger ou prendre de l’insuline. Il devait aussi tenir compte du fait que l’effort cardiovasculaire pourrait engendrer une baisse de glycémie qui à son tour risquait d’occasionner des malaises pendant la course. Pour surmonter ces difficultés – et parce que Francis était et demeure déterminé à ne pas laisser cette maladie l’empêcher de vivre pleinement sa vie – il a décidé de se procurer une pompe d’insuline. Il a aussi approfondi ses connaissances sur ses besoins physiologiques – ce dont son corps a besoin, et quand.

Malgré toutes les mesures que Francis avait prises pour se renseigner sur sa maladie, il avait encore plein de questions, alors il crut bon de se réunir avec d’autres diabétiques. Lorsqu’il s’est mis à chercher un groupe de diabétiques adultes en forme, il s’est rendu compte qu’un tel groupe n’existait pas, à l’époque. Il a donc prit les choses en main en mettant sur pied son propre groupe.

Le groupe se réunit désormais de façon régulière. Les membres parlent de sujets liés au diabète et mettent en commun les trucs et conseils qu’ils ont découverts au fil du temps pour gérer leur maladie, mais ils ne se contentent pas de seulement parler. Ils profitent de la vie et socialisent aussi : ils cassent la croûte, discutent et s’entraînent ensemble. « C’est agréable de faire partie d’un groupe de personnes qui comprennent ce que je vis, affirme Francis. Et nous nous entraidons en cas d’urgence aussi. »

Ce groupe ainsi que son équipe du Réseau de santé Horizon, son équipe d’éducation sur le diabète et les gens qu’il a rencontrés au centre de conditionnement physique ont joué un rôle déterminant pour soutenir Francis pendant qu’il apprenait à composer avec la réalité difficile de la vie avec le diabète.

Ces jours-ci, Francis se réjouit toujours à la perspective de ses randonnées dans les sentiers de Fredericton, activité qu’il décrit comme une combinaison de course et de méditation. Et il continue à se fixer des objectifs. L’an dernier, il s’est engagé à faire dix courses de dix kilomètres avant ses cinquante ans. Il a réussi à en faire sept, exploit dont il est assez fier. C’est grâce à ces défis personnels, à un solide réseau de soutien et à des objectifs graduels que Francis est aujourd’hui au sommet de sa forme.

« Je dis toujours aux gens “il faut simplement commencer quelque part”. Vous seriez surpris de constater ce que vous pouvez accomplir. Il suffit d’en ajouter un peu plus et de se mettre au défi. » Même s’il doit vivre avec un problème de santé chronique, Francis se sent mieux que jamais dans tous les aspects de sa vie grâce à la pratique régulière de l’activité physique et à la saine alimentation : voilà qui fait une belle histoire de mieux-être!


Vous vous sentez inspiré?

C’est le temps de passer à la prochaine étape! Découvrez les ressources qui vous permettront de créer votre histoire de mieux-être ici!

Histoires connexes

X
X