Les Sentiers Des Terres Humides Gateway

Que fait-on d’un marécage de 43 acres en plein cœur d’une ville? La plupart des municipalités l’auraient rempli pour permettre du développement commercial. La Ville d’Oromocto avait une vision différente pour son espace boisé et marécageux de 17 hectares, situé au centre-ville. Plutôt, la Ville voulait créer une aire de conservation des terres humides urbaine et unique, qui encouragerait les gens à profiter du plein air et de la nature.

En 2006, le conseil municipal d’Oromocto a soumis une proposition pour construire un centre éducatif multifonctionnel et un sentier-découverte. Toutefois, les priorités en matière d’infrastructure et les contraintes budgétaires ont repoussé le projet pendant plusieurs années.

Cependant, la communauté n’était pas prête à jeter le projet aux oubliettes. Un groupe de résidents ont persévéré en soumettant des propositions et des présentations au conseil municipal, ainsi qu’à d’autres groupes, services et organismes, jusqu’à ce que le projet soit repris en 2012.

L’entrepreneur local Robin Hanson faisait partie de ceux qui reconnaissaient la vraie valeur des terres humides, entre autres comme un endroit qui pourrait favoriser le mieux-être et fournir des occasions d’apprentissage à la communauté… à condition que tous puissent y accéder.

« J’ai réellement à cœur les problèmes de mobilité », déclare Robin, qui raconte avoir vu des autobus touristiques débarquer près d’un site patrimonial, et repartir aussitôt en raison des installations inadéquates et du manque d’accessibilité pour les aînés et les personnes à mobilité réduite. Bien que cette situation ait été rectifiée, c’est une cause importante pour Robin. Selon lui, pour assurer le succès d’un projet comme celui des terres humides, l’espace devait être accessible pour tous.

Robin estime qu’environ 30 % des membres de la communauté ont des problèmes de mobilité, que ce soit les aînés ou les familles avec une poussette. « Notre but était d’augmenter la participation citoyenne à presque 100 % », raconte-t-il. « Il s’agit de sensibiliser les gens et les inspirer à sortir, à s’impliquer et à se rapprocher de la nature. Ce genre de projet ne se fait pas du jour au lendemain ».

En 2014, en plus de l’appui d’entreprises locales, des résidents et de commanditaires, le projet a reçu le soutien de deux partenaires majeurs : Ducks Unlimited et la Oromocto River Watershed Association. En 2015, le gouvernement du Canada a investi 62 750 $ dans le cadre du programme d’améliorations communautaires. C’est à ce moment que la première phase du projet du sentier des terres humides Gateway à Oromocto a été officiellement enclenchée.

Le projet estimé à 2,2 millions de dollars se déroule en trois phases. Les deux premières années ont été consacrées à concevoir et améliorer le sentier. La dernière phase, qui n’est pas encore complétée, comprendra la construction de l’aire de conservation, incluant un centre d’information touristique, une salle d’exposition avec un espace éducatif et une terrasse panoramique pour mieux voir les terres humides.

Faire de la vision de la Ville une réalité a comporté son lot de défis. Il fallait trouver un équilibre entre répondre aux besoins et aux intérêts du public tout en préservant l’intégrité naturelle des terres humides.

« Nous voulons que ce soit accessible », explique Robin. « Nous voulons que ça devienne une activité familiale qui soit amusante, stimulante et éducative. Mais nous voulons aussi respecter la nature et garder les choses simples. Nous avons eu plusieurs défis à relever quant aux préoccupations et aux réglementations environnementales, mais je crois que nous avons bien fait les choses, jusqu’à maintenant, par rapport à ça. »

La popularité du sentier et son écosystème en pleine croissance semblent prouver cette affirmation. Le sentier-découverte Gateway comprend maintenant une passerelle de 300 mètres qui est assez large pour accommoder les fauteuils roulants et les poussettes, sans limiter l’espace des coureurs et des cyclistes. En bordure du sentier, vous retrouverez aussi un pont piétonnier couvert, plusieurs bancs en bois sculpté et des sculptures, des toilettes accessibles et un grand stationnement. Plus d’améliorations sont à venir au cours de la troisième phase du projet, y compris un ajout de 200 mètres à la passerelle, des pavillons, des abris à pique-nique et des points d’observation… comme une maison de castor filmée en direct et une tour de nidification pour les balbuzards. D’autres améliorations à faire ont été identifiées afin d’améliorer l’accessibilité des sentiers pour les fauteuils roulants, par exemple en corrigeant certaines pentes trop raides et en révisant le type de surface de certains sentiers.

Le sentier est un lien essentiel dans le cadre du Plan de transport actif de la Ville, conçu pour tous ceux qui se rendent au travail à pied ou en vélo. De plus, il est relié au réseau de sentier-découverte régional créé par la Oromocto River Watershed Association.

« Le projet a eu un effet important sur la communauté », affirme Robin, qui a vu les gens se promener sur le sentier à toute heure de la journée. « En matinée, ce sont les marcheurs, les gens qui viennent promener leur chien et les coureurs. Un peu plus tard, les mamans se promènent avec leurs enfants. Ensuite, c’est au tour de la foule de l’heure du dîner. Les écoles y organisent des excursions et des projets. Il y a tellement de choses à voir et à faire – nous avons créé une salle de classe extérieure ».

Ici, les gens peuvent profiter de la nature dans un environnement enchanteur, paisible et inclusif – un paradis naturel en plein cœur d’un centre urbain. Comme l’explique Robin, c’est un endroit où vous pouvez exercer votre esprit et votre corps en découvrant l’art, la culture, le patrimoine et la nature de la région.

Bien que le projet ne soit pas terminé, le sentier-découverte des terres humides Gateway respecte déjà la vision de la Ville pour une aire urbaine de conservation et un endroit inclusif favorisant le mieux-être et l’apprentissage. Selon Robin, « c’est un endroit qui combine l’apprentissage et l’exercice à la perfection. »

*Crédit photo: Terry Kelly et Jason Nugent, TKP Productions