Des histoires inspirantes
de gens comme vous...

Les histoires de mieux-être ont besoin de certaines conditions pour grandir et porter fruit. Découvrez comment les environnements physiques et sociaux favorables au mieux-être ont été une source de soutien pour Peggy dans son cheminement vers une vie saine. Jetez un œil à l’infographie à droite!

Comment une femme a fait de 57 ans le nouveau 37 ans, grâce au plein-air.

Voici Margaret O’Connell. Peggy, pour les intimes. Lorsque l’aîné de ses enfants a quitté la maison pour aller aux études, Peggy a été durement frappée par le syndrome du nid vide. Arrivée à la fin d’une époque qu’elle connaissait si bien, elle s’est sentie perdue. Elle a commencé à se sentir comme sur le pilote automatique, se retrouvant avec le temps à lutter contre la dépression et la suralimentation. « Je ne réalisais tout simplement pas ce que je me mettais dans la bouche. Je ne faisais que fonctionner en automate », raconte Peggy.

Quand elle a commencé à avoir des maux de tête, elle a rendu visite à son médecin, qui lui a diagnostiqué de la haute pression. Ce fut un choc pour Peggy. « Quand j’étais plus jeune, j’étais vraiment active avec mes enfants et mon mari. On faisait du plein air et des activités comme de la raquette, alors tout ça s’est passé très vite. » La vitesse de ce déclin de santé lui a fait peur. Elle a alors réalisé qu’il était grand temps qu’elle commence à changer son histoire de mieux-être!

Elle a demandé à son médecin de lui recommander un diététiste, qui lui a enseigné comment bien se nourrir. « Elle m’a appris à lire les étiquettes, comment repérer les gras saturés, le sodium – comment manger sainement. Comment obtenir mon apport en protéines, mes fruits, mes légumes. À faire attention quand j’avais vraiment faim, au lieu de manger les mauvais aliments, elle m’a appris à choisir des protéines. »

Sa sœur Nancy, une infirmière en réadaptation cardiaque, s’est également mise de la partie et a mis Peggy au défi de monter le mont Sugarloaf avec elle. Ce ne fut pas facile. « Je me souviens de ces 4 kilomètres de marche autour de la montagne et d’avoir presque envie de pleurer tellement mes pieds faisaient mal à cause du surpoids que je devais traîner. » Mais elle a persévéré, encouragée par sa soeur. À ce jour, monter le mont Sugarloaf demeure l’une des formes d’exercice favorites de Paggy—et puis, c’est gratuit! Peu importe la température, elle se promène dans la montagne à l’année. Chaque jour après le travail, elle s’habille selon la météo, avec autant de couches de vêtements que nécessaire, et elle part pour sa balade.

Le prochain gros défi de Peggy a pris la forme d’un cadeau offert à son conjoint à la Fête des Pères : la promesse d’arrêter de fumer. « Après des années à fumer, j’ai décidé que j’en avais marre », raconte Peggy. « Personne ne peut vous forcer à le faire. » À nouveau, elle s’est tournée vers Nancy pour du soutien. Peggy a essayé les timbres, Nicorette et même la cigarette électronique (vapotage), pour finalement opter pour l’activité physique et aller prendre une longue marche quand elle sentait un sentiment de manque grimper en elle. « Je n’ai pas pris de poids du tout, parce qu’à chaque fois que je me sentais en état de manque, je buvais de l’eau et je partais pour une longue marche. J’ai bien dû marcher une dizaine de milles à chaque fois que je voulais une cigarette! Chaque fois que ça me prenait, je partais, c’est tout. »

Grâce au soutien de sa famille, en particulier son conjoint, ses frères et sœurs et ses enfants, Peggy s’est mise dans la meilleure forme de sa vie. Avec l’argent qu’elle a économisé en cessant de fumer, elle s’est acheté une planche à rame (paddleboard). C’était maintenant à son tour de faire connaître un nouveau sport à sa sœur! Encore aujourd’hui, elle part souvent en planche à rame ou en kayak avec sa fille Becky et sa soeur Nancy. Mais elle ne s’est pas arrêtée là. Elle se met au défi avec diverses activités, que ce soit la marche, la raquette, la planche à rame, la randonnée, le kayak, le vélo ou le canoë. Elle trouve que faire quoi que ce soit de physiquement demandant en plein air est bon pour sa santé psychologique autant que pour sa santé physique. « Tu peux avoir eu la pire des journées et partir prendre une marche dehors et ça te permet de te sentir tellement bien! »

Les gens demandent souvent à Peggy quel a été son secret pour perdre 60 livres. Elle est toujours fière de le leur dire, mais elle est parfois déçue lorsque ces personnes ne la croient pas lorsqu’elle leur dit que c’est possible sans méthodes extravagantes ou compliquées. « C’est difficile quand tu veux aider quelqu’un à comprendre mais que la personne ne veut tout simplement pas entendre ce qui fonctionne vraiment. C’est difficile de faire passer le bon message. Mais j’ai inspiré des gens, et ça, j’en suis contente. »

Puisque Peggy a pu voir de près l’influence positive de changements sains sur elle-même et sur sa famille, elle travaille fort pour faire connaître les bienfaits d’une saine alimentation et de l’exercice, surtout au grand air. Des collègues de travail se joignent à Peggy à l’heure du dîner pour marcher, sa fille fait de la planche à rame avec elle et son petit-fils joue avec elle dehors. Passer du temps en plein-air est une excellente façon de faire de l’exercice et d’évacuer le stress, tout en profitant des sentiers, des montagnes, des cascades et des plages qui font la beauté du Nouveau-Brunswick.

« Une fois qu’on met le nez dehors, on se sent tellement bien et il y a tant de beaux endroits à visiter – c’est à n’en plus finir, affirme Peggy. Quand je sors faire de l’exercice, je sais que je m’en vais faire quelque chose pour moi et que je peux oublier tous mes problèmes et tous mes soucis. La vie est belle. J’avance lentement mais sûrement. Pour moi, 57 ans, c’est le nouveau 37! »


Vous vous sentez inspiré?

C’est le temps de passer à la prochaine étape! Découvrez les ressources qui vous permettront de créer votre histoire de mieux-être ici!

Histoires connexes